we sign it - Pour le maintien des marchés de plein vent au Mans, dans de le respect de la sûreté sanitaire

Pour le maintien des marchés de plein vent au Mans, dans de le respect de la sûreté sanitaire

Nous, citoyens et citoyennes, voulons soutenir les paysannes et paysans, affirmons avoir pris la pleine mesure de la crise sanitaire que nous traversons et des risques pour nous, client⋅es, nos proches et les producteur⋅ices elleux-mêmes. C'est avec responsabilité, solidarité et par sens du devoir que nous appelons au maintien des marchés au Mans, en soutien avec nos producteur⋅ices locaux.

Aussi apportons-nous nos signatures à la lettre portée par la Confédération Paysanne de la Sarthe, et le Groupement des Agriculteurs Bio de la Sarthe.

Monsieur le Maire,

Il est des temps où l'essentiel nous rappelle à l'ordre.

Il y a bien quatre missions essentielles incontournables : nourrir ; assurer la Santé, éduquer et administrer. De fait, la cohorte de soldats en premières lignes est ainsi définie.

Nos soignant⋅es sont nos valeureux compatriotes au contact et combat direct, ils ne peuvent se passer ni d'administration, ni d'éducation de leurs enfants et peut-être même mangeront ils un peu ?

Nous sommes, quant à nous, producteurs·trices locaux, fermiers·ères et engagés·ées dans une mission pour l'alimentation de tou⋅tes. Pour beaucoup d'entre nous, le choix d'arrêter les marchés va à l'encontre même de notre mission. Il ne s'agit pas là que de stricte économie mais bien du sens de notre métier !

Le gouvernement a décidé le 23 mars de fermer l’ensemble des marchés dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid 19. Nous déplorons cette décision unilatérale qui intervient alors que nombres de paysannes et paysans ont travaillé main dans la main avec les mairies pour mettre en place des mesures barrières exigeantes et les faire appliquer strictement. De nombreux marchés se sont déroulés ces derniers jours dans de très bonnes conditions. Le non-respect des mesures barrières dans un nombre restreint de marché a eu un impact médiatique fort et pénalise aujourd’hui les communes, les producteurs.trices et les consommateurs.trices qui ont appliqué rigoureusement les consignes.

Ces fermetures auront selon nous des conséquences graves à différents égards :

- En supprimant les marchés, nous craignons un engorgement des grandes et moyennes surfaces dans lesquelles le risque de contamination est accru du fait de la libre manipulation des produits, de l’échange de caddy, de la concentration de personnes dans un espaces clos etc.

- La pérennité de nos fermes est gravement menacée, parfois à très court terme. Nous mettons pourtant tout en œuvre pour assurer l’approvisionnement alimentaire de la population dans les meilleures conditions sanitaires : pas de libre-service, stands et files d’attentes espacées, respect des mesures individuelles etc.

Par ailleurs, le premier ministre a déclaré hier : « Il faut aussi penser aux agriculteurs, à ceux qui nourrissent la France, et qui ont vocation à continuer à la nourrir, ils doivent pouvoir écouler dans de bonnes conditions leurs production. C’est la raison pour laquelle nous prenons le principe d’interdiction mais nous autorisons les préfets, à la demande des maires, qui sont les mieux placés pour apprécier la capacité de tel ou tel marché à être organisé selon des règles strictes de sécurité à le cas échéant déroger à cette règle. »

C’est pourquoi nous vous demandons d’adresser une demande de maintien des marchés de votre commune auprès du préfet. Nous ne prenons pas la menace sanitaire à la légère et nous nous tenons à votre disposition pour discuter avec vous des modalités qui permettraient de rendre possible le maintien des marchés. A ce titre nous avons par exemple diffusé un guide pour accompagner les producteurs.trices dans la mise en place des mesures barrières. Dans ce cadre nous souhaitons également que les moyens humains municipaux d’encadrement des marchés soient renforcés.

Nous, paysannes et paysans, affirmons avoir pris la pleine mesure de la crise sanitaire que nous traversons et des risques pour nos client⋅es, nos proches et nous-mêmes. C'est avec responsabilité, solidarité et par sens du devoir que nous agissons quotidiennement pour maintenir l'approvisionnement alimentaire de toutes et tous dans les meilleures conditions possibles, en particulier lors de la commercialisation. Nous ne prenons pas cette menace à la légère et souhaitons travailler avec vous à la mise en place d’un approvisionnement alimentaire le plus sûr possible.

Nous vous prions d'agréer, monsieur le Maire, nos très respectueuses salutations,

Honorine Monnier, porte-parole de la Confédération paysanne

Damien Houdebine, élu à la chambre d’agriculture

Eric Cailhau, paysan

Thierry Barré, Président du GAB 72